De coeur a coeur

Lors du colloque « Connexion Bien-être »

CBE final_2_880
Ce colloque a eu lieu sur le web entre le 16 et le 21 mars 2016. Il abordait la question des peurs, croyances, obstacles en tout genre qui nous empêchent de réaliser nos objectifs. Je vous invite à constater ce qui peut arriver en 5 jours seulement en s’en remettant à la vie elle-même.

Lors de la présentation du 16 mars au soir, j’assiste en moi à la montée de deux peurs, peur d’être visible, peur de vieillir seule (c’est ce qui me vient dans l’instant).

Le lendemain, un jeudi, j’expérimente pour la première fois la technique appelée « logo synthèse ». Quand Caroline parle d’image, de croyance, de souvenir, de scénario du pire, soudain se présente à mes yeux une scène jamais vue : je suis dans une librairie où je viens rencontrer les lecteurs de mon livre (celui que j’ai commencé à transcrire de mes cahiers sur mon ordinateur) et je me prépare à écrire des dédicaces, mais……..personne ne vient… Face à ce scénario, je ressens tout à tour de la colère, de la tristesse, un sentiment d’inutilité, voire d’échec.

Je fais deux fois le processus de logo synthèse, guidée par Caroline et constate que l’intensité de mon état émotionnel passe de 8 à 2, en moins de 10 minutes ! Le soir juste avant de m’endormir, je demande, comme je sais le faire, à recevoir au réveil l’information de ce qui est à l’origine de ce scénario.

Vendredi matin, eurêka ! C’est la « peur de pas y arriver » qui m’est révélée, une croyance que je n’ai  jamais rencontrée en moi. Défilent alors à grande vitesse des épisodes de ma vie. A la lueur de cette peur je revois des scènes connues ou pas et je comprends… ; je comprends comment cette peur, cachée en moi, a pu générer l’arrêt d’expériences de vie que je souhaitais, moi, poursuivre.

Puis arrive une autre conférence suivie d’une visualisation guidée par Sarah. Je laisse l’intuition à l’oeuvre. Je me vois devant une maison à la campagne, une ancienne bâtisse en grosse pierre, un très grand espace comme une cour dont le sol est couvert de gravier, je devine de grands arbres à proximité ; des gens arrivent que j’accueille ; ils viennent s’informer ou se former. De la joie, des rires, du plaisir partagé. Je suis émue, ce moment illustre mon envie de vivre dans un lieu d’accueil et de formation qui prend forme sous mon regard intérieur. Serait-ce un objectif qui prend vie ? Assurément, oui !

Les samedi et dimanche, je peux souffler avec des présentations pour moi plus soft !

Le lundi, je m’exerce à nouveau avec la logo synthèse en prenant comme sujet de travail « la peur de pas y arriver ». Soudain me voilà dans une coquille d’œuf, je m’y sens mal, j’étouffe, je ne peux pas bouger, arrivent des peurs dont une qui pourrait être celle de mourir quelle que soit l’issue du moment vécu ; j’accueille en conscience l’expérience. J’applique un premier cycle de phrases qui fait descendre l’intensité émotionnelle de 10 à 4. Je refais un second cycle. Dès que je l’ai mis en route, toujours coincée dans la coquille mais moins impactée émotionnellement, je décide de pousser et ….en mobilisant toutes mes forces je perce la coquille et en sors !!! Je peux respirer. De nouvelles sensations, sensation de vide, sensation d’espace, se manifestent. Je respire mieux, petit à petit, et je laisse tout se poser.

Une pensée jaillit plus tard : « c’est comme au théâtre… »

Puis une autre : « et si je pouvais être auteur, créateur, acteur mais aussi metteur en scène de ma vie ! Choisir le rôle que j’ai envie de jouer et le mettre en scène. » Serait-ce un nouveau choix? Un véritable choix?

 

Pourquoi je vous partage ces moments ?

D’abord parce qu’en à peine 5 jours,

  1. je viens d’élucider la cause originelle (la peur de «pas y arriver ») qui a fait ou qui a contribué à ce que des tranches importantes de ma vie, qui comptaient vraiment pour moi, se sont terminées alors que je souhaitais le contraire.
  2. J’ai pu sortir de cette « fatalité » en me donnant à vivre une autre version de ce qu’aurait pu être ma naissance.
  3. J’ai eu le bonheur de découvrir pour vivre cela une technique que j’ignorais, menée par une intervenante que je ne connaissais pas.
  4. J’ai fait confiance et reçu les éléments propices à vivre tout cela.

Il m’a été donné de franchir en 5 jours une étape géante…merci ! Cela peut vous arriver aussi…en suivant votre intuition, car c’est bien ainsi que je me suis inscrite à ce colloque, sans aucune attente particulière.

Merci la Vie, merci Michel, organisateur de ce colloque, merci Caroline, merci à tous les intervenants qui ont probablement contribué à leur façon à m’accompagner dans ce passage !

Recevez ma profonde gratitude…

La vie peut être si simple, légère, fluide quand je veux bien me laisser conduire…Je vous invite à faire de même.

De cœur à cœur, le 27 mars 2016 au soir.

Françoise Elisabeth

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site propulsé par Fabienne-Gaëlle Weil